Le GRAVEL, un état d’esprit ou une nouvelle discipline ?

Lorsqu’on évoque le GRAVEL, on voit s’ouvrir tout un imaginaire qui nous éloigne de la manière habituelle que nous avions de considérer le vélo. On voit s’ouvrir de grands espaces, de nouveaux sillons qui nous écartent des routes traditionnelles… Le GRAVEL, c’est une certaine philosophie…

Le GRAVEL… un type de vélo et une activité cycliste.  

Le GRAVEL, un chemin de traverse

Il existe des endroit dans le monde où on ne peut que sortir des chemins battus pour profiter pleinement des terrains qui sont offerts. Par exemple, si vous partez au Maroc et si vous restez sur le bitume, vous ne profiterez pas des terrains exceptionnels et variés offerts par ce pays.

Retrouver la magie du vélo

Car, en somme, ce qu’on cherche tous, c’est ce petit vent de folie qui permet de se reconnecter avec ce besoin de liberté. Se dégager des conventions et emprunter les chemins de traverse. La magie du vélo, un vélo qui passe partout une fois le guidon tournée.

Le gravel

Tel qu’il est configuré, le vélo de route, lui, est adapté à la route. Le VTT, quant à lui, est configuré pour des terrains techniques, tout en restant beaucoup trop spécifique pour parcourir des chemins de terre sans difficulté.

Le GRAVEL, le vélo polyvalent

Pour passer de la route aux chemins en terre – plus ou moins exigeants, il fallait un vélo polyvalent et dynamique pour aborder les terrains variés et capable de faire face aux aléas de la route.

Partenaire
L'argalyde
gravel

Ce type de vélo existait déjà, ou, plutôt, avait-il été déjà utilisé. Jusque dans les années 60, les courses cyclistes empruntaient des passages “GRAVEL”. Puis, progressivement, les routes ont été goudronnées et la pratique est devenue anonyme. 

ouvrir de nouveaux sillons

L’esprit du GRAVEL est bien là : un vélo adapté pour s’affranchir des difficultés, des limites. Un vélo GRAVEL pour la découverte et l’aventure.
Ce n’est pas pour rien que le phénomène GRAVEL trouve son origine actuelle aux Etats-Unis. Le territoire est vaste ; de nombreuses “routes” sont propices à l’utilisation d’un vélo polyvalent.

Un nouvel état d’esprit

En outre, le Gravel se développe en réaction au vélo de route et au VTT qui se sont institutionnalisés. Les sportifs portent un autre regard sur la pratique du vélo qu’ils veulent moins compétitive et davantage ouvert à la nature et sa grandeur.

Le GRAVEL, concrètement

Pour autant, la machine type n’existe pas. Au départ, les vélos étaient bricolés. VTT montés avec des pneus étroits et autres cyclo-cross ont été remplacés par du matériel spécifique. Aujourd’hui, toutes les grandes marques de proposent une gamme de vélos gravel.

Le GRAVEL, un nouveau business

C’est une occasion pour les fabricants d’investir un nouveau marché, une “niche” constituée de passionnés à la recherche de vélo aux montages de qualité.

Dans le même temps, les courses et manifestations consacrées au gravel se développent à vitesse grand V en France et en Europe.
Ce qui crée une situation paradoxale. A la fois les pratiquants veulent se détacher de l’esprit “compétition” mais des groupes de cyclistes ou des organisateurs veulent réintroduire cet état d’esprit. L’UCI évoque, même, la possibilité d’organiser un championnat du monde de la discipline.

Combien bien choisir son vélo ?

C’est un peu ça qui est génial, il n’existe pas de configuration type. Car, le principe, c’est de s’affranchir des parcours types et de partir à la découverte de nouveaux chemins. Au cycliste d’adapter sa monture pour faire face au terrain.
Il y a quatre points essentiels, néanmoins.

Le cadre

gravel

Le vélo doit être à la fois maniable et stable. On va privilégier un angle de direction plus ouvert pour augmenter la chasse au sol. Le boitier de pédalier est plus bas et les bases plus longues qu’un vélo de route. La fourche doit laisser passer des roues dotées de pneus larges.
L’acier est à la fois solide et confortable. L’aluminium est plus rigide. Un cadre carbone offre davantage de possibilités dans le choix des configurations et peut s’avérer très confortable.

On peut opter pour un cintre classique route qui donne de nombreux possibilités de se positionner. Il existe des cintres “GRAVEL” qui, semble-t-il améliore la maniabilité.

Les roues et pneus

Encore une fois, tout dépend de son utilisation. Plus les portions de route sont roulantes, plus les sections des pneus sont étroits. A minima, il faut prévoir des sections de 28 à 35. Des sections de 38 à 45 sont envisageables sur des portions cassantes.
Les spécialistes donnent leur préférence aux modèles “Tubeless” qui permettent de rouler à des pressions moindres.

Le choix de la transmission

Là, encore, on fait avec ce qu’on a. Pourtant, la transmission mono-plateau semble être une bonne formule.

A partir de là, il est possible de rouler à vélo à volonté sans se soucier du terrain : randonnées, parcours Gravel, séjour à vélo, bikepaking.

Connaissez-vous KOMOOT ?

Un cuissard bien pratique pour le Gravel Les cuissards Rapha Core Cargo Shorts et Cargo bib Shorts.

L'argalyde

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*